BLOG accès direct : arplanos.blog

Esquisses et Croquis d’architecture – volume 1

Esquisses et croquis restent omniprésents dans les différentes phases d’une mission complète d’architecte. Ils prennent racine dans le processus de recherche créative,dans l’élaboration du concept de base au travers d’une réflexion libérée entre la main et la pensée.

Les esquisses sont la phrase première d’une mission d’architecte. Elles lui permettent de rendre visible le projet. Il va par ce biais communiquer ses idées et leurs concepts à ses clients, les maîtres d’ouvrage. Qu’il s’agisse de plans, d’élévations, de coupes, de perspectives, d’ambiances intérieures, tout peut donner lieu à des esquisses. Les croquis, quant à eux, réduisent le projet à ses traits essentiels. Ils sont le plus souvent des croquis d’intention, qui se détachent de la notion d’échelle tout en conservant un certain réalisme dans les proportions. Leur message est essentiellement dirigé vers le concept global du projet. Ils peuvent aussi servir à expliquer des détails techniques, aussi bien dans la phase d’étude qu’en cours de chantier.

Ce livre présente les esquisses et croquis réalisés pour dix projets de natures différentes (réhabilitations, rénovations, agrandissement, aménagements, réorganisation, construction, extension).

en vente sur amazon : version Kindleversion Broché

 

Cabane Hugo

Cabane HUGO
couverture du book « cabane Hugo »

La cabane HUGO est un refuge de 2,44 m x 2,44 m avec une hauteur hors tout de 2,10 m. « Voir sans être vu » pourrait être son slogan. Cette cabane de forme cubique est composée de 4 palettes de transport de 1,20 m x 1,00 m et d’un habillage enveloppant en bois ligné de 40 x 40 mm ajouré de 26 mm. La toiture plate en zinc se positionne soit en pointe de diamant inversée pour récupérer les eaux pluviales en partie centrale, soit en deux parties triangulaires pour une récupération en angle. La périphérie de la toiture en zinc fait office de couvertine pour le bois ligné.

Avec un aspect qui rappelle certains kiosques à journaux, cette cabane d’un volume généreux permet d’accueillir plusieurs enfants qui sauront s’approprier les lieux en laissant libre cours à leur imagination.

La disposition décalée des palettes disposées sur une fine couche de graviers permet d’obtenir en partie centrale un espace libre de 20 cm x 20 cm qui va permettre l’évacuation voire la récupération de l’eau de pluie et définir avec précision l’emplacement de la cabane. Si l’on préfère l’autre version du toit, la récupération se fera en angle (voir page 50).

002 - CABANE HUGO - VF - Image blanche

La structure globale est en potelets bois de 80 x 80 mm en assemblage mécanique ou traditionnel. L’enveloppe en bois ligné est composée de tasseaux de section 40 x 40 mm avec un espace intercalaire de 26 mm, ce qui rythme les différentes faces de cette cabane et permet de créer cette sensation de transparence incontrôlée permettant de voir sans être vu.

L’entrée se fait par un bloc de béton qui peut être un banc, un coffre, une poutre… C’est l’élément qui sert aussi à s’assoir ou à s’allonger devant sa cabane et « filtrer » l’accès. 

Un encadrement-auvent coiffe le passage d’entrée pour mieux permettre de jeter un regard sur les alentours. Deux volets en bois ligné s’articulent sur des consoles métalliques repliables et permettent d’avoir une vue dégagée sur la partie souhaitée du jardin.

L’aménagement intérieur comprend à gauche en entrant un long coffre divisé en trois parties et qui peut servir de banquette pour s’allonger. En dessous des deux ouvertures, un long plan de travail permet de s’assoir et de dessiner ou tout simplement observer la nature environnante, ou encore baisser les volets et observer au travers des parties ajourées.

Deux tabourets en bois permettent de prendre place face à ces ouvertures et de refaire le monde avec complicité.

De forme simple avec peu d’ouvertures, cette cabane peut être positionnée de différentes manières: adossée à un mur, accolée à une annexe, ou sur un terrain libre… Les deux faces borgnes de cette cabane renforcent la sobriété de l’ensemble et lui permettent de conserver l’attrait abri/refuge tout en conservant la vision sur l’extérieur au travers des verticales ajourées.

en vente sur Amazon – version Kindleversion Broché

EnregistrerEnregistrer

Un projet ? 4 phases préparatoires à ne pas négliger.

Dans le cadre d’un projet immobilier, les questions fusent de toutes parts et bien souvent il est difficile d’y mettre un ordre ou une hiérarchisation des priorités. L’enthousiasme qui peut entourer ce projet peut parfois créer une sensation d’euphorie ou de rêverie qui va neutraliser les possibilités d’analyses pertinentes auxquelles il serait nécessaire de s’attacher.

Ces analyses sont indispensables, car un projet immobilier nécessite une organisation préparatoire qui puisse permettre de faire le plus rapidement possible une synthèse des envies, des besoins et des possibilités.

Le présent article s’articule sur un projet de rénovation d’une maison existante ou un projet de construction. Je ne parlerai pas ici de l’acquisition ou de la rénovation d’un appartement ancien car ce sujet est quelque peu différent et prend en compte des paramètres qui lui sont propres, tels que la notion très importante de copropriété, qui interagit différemment avec l’impact sur les travaux.

Une bonne analyse préparatoire permet d’économiser du temps, de l’énergie et de nombreuses désillusions. Bien souvent, le fait de partir en recherche tous azimuts crée vite une sensation d’abondance d’informations, mais celles-ci ne répondent pas forcément aux objectifs réels du projet, ce qui peut entraîner à la fois de mauvais choix, des débordements budgétaires et des orientations contradictoires. Au fil de mon expérience d’architecte, j’ai pu à de nombreuses reprises constater à quel point peu de projets sont parfaitement maîtrisés dans l’aspect numéro un qui est le cahier des charges. Ce dernier doit répondre en tous points aux caractéristiques personnelles de chacun, qui sont en étroite liaison avec le mode de vie, les aspirations professionnelles, les loisirs, la qualité de l’environnement et les perspectives évolutives.

IMG_5120

Dans l’objectif de mener à bien un projet immobilier, qu’il s’agisse d’une construction ou d’une rénovation, l’une comme l’autre ne pourra pas s’affranchir d’une réflexion qui s’articule autour des quatre axes listés et évoqués ci-dessous.

1- L’élaboration du cahier des charges

Le cahier des charges est un élément primordial et permet de cerner avec objectivité les limites et les aspirations d’un projet. Ce cahier des charges va déterminer les différents axes primordiaux pour pouvoir s’affiner au fur et à mesure et permettre ainsi de se concentrer sur l’image du produit recherché, qui devra répondre aux différentes attentes et possibilités dont chacun peut disposer.

Construction ou rénovation ?

La règle première est de savoir si l’on s’oriente plus sur une construction ou sur une rénovation. Il faudra cerner les avantages et inconvénients de l’une et de l’autre dans le cadre de nos territoires actuels, en tenant compte des paramètres à la fois réglementaires, budgétaires et temporels, tout en essayant d’être le plus possible en harmonie avec ses goûts personnels. Aujourd’hui et plus que jamais, les contraintes thermiques liées aux obligations réglementaires mettent en avant le choix de construire, car tout simplement la totalité des éléments de la construction sont alors préalablement étudiés et intégrés à la nouvelle construction, et de ce fait apportent un aspect budgétaire global qui prend en compte les différents facteurs de la construction. La rénovation devra, quant à elle, s’orienter vers une démarche qui va nécessiter une analyse approfondie du bâti concerné pour pouvoir déterminer les meilleures interventions nécessaires pour pouvoir se rapprocher qualitativement de la construction. Cette analyse va également reposer sur la nature du bâtiment à rénover, car entre rénover un ancien corps de ferme ou grange et une maison pavillonnaire des années 70, le degré de rénovation et l’implication thermique ne seront pas les mêmes et par conséquent le coût budgétaire sera également différent.

L’avantage peut s’avérer plus flagrant dans la construction et répondre à une meilleure adéquation budgétaire. Une rénovation qualitative entraîne de manière régulière un surcoût de l’ordre de 15% par rapport à la construction, mais elle peut apporter une dimension non négligeable si vos aspirations tendent vers le charme de l’ancien et du patrimoine.

La construction avec une position de leader en termes budgétaires doit malgré tout ne pas s’affranchir d’un aspect primordial qui est la réglementation locale (POS, PLU, PLUI…) . Cette réglementation locale peut très souvent apporter une certaine désillusion quant au rêve d’une maison très contemporaine et cet élément est très variable selon la localité et la région concernée.

Dans une rénovation, cet aspect réglementaire va prendre de l’importance dès lors qu’on souhaite intervenir sur l’aspect extérieur de la bâtisse (modification d’ouvertures, extension, surélévation, annexes…).

Quelle durée de travaux ?

D’un point de vue temporel, la construction comme la rénovation peuvent avoir la même durée en termes de travaux si l’on se base sur une comparaison établie avec une rénovation dite « lourde », autrement dit une rénovation qui consiste à ne garder que la structure principale (murs et toiture). Ce type de rénovation touche essentiellement une certaine catégorie de bâtiments tels que grange, bergerie, corps de ferme, ancienne station service, vieux cinéma, vieille usine… Bien souvent certaines rénovations nécessitent un changement d’affectation au travers des autorisations administratives pour permettre de passer d’un régime d’exploitation à un régime d’habitabilité et de reconnaissance foncière.

Dans certains cas, des rénovations plus légères peuvent permettre d’intégrer les lieux plus rapidement et de ce fait créer une transition plus rapide entre les lieux occupés et la future propriété. Parfois il est même possible d’envisager d’occuper partiellement une zone du bâtiment durant les travaux, à condition qu’il existe une entrée indépendante de la partie concernée par les travaux et que cette dernière soit séparée physiquement de la partie habitée, afin de ne pas déroger à certaines règles liées à l’assurance dommages-ouvrage.

Le mode constructif ou le type de rénovation entraînent tous deux une incidence sur la durée des travaux. Pour exemple, la construction en ossature bois nécessitera des travaux d’une durée plus ou moins longue selon le choix retenu dans le principe constructif et par conséquent l’incidence sur le coût des travaux sera différente. En rénovation, ce choix aura une moindre incidence étant donné qu’il relèvera d’office d’un principe constructif plus classique car en adéquation avec le bâti existant.

La localisation ?

Il est important de géolocaliser son projet et de pouvoir définir dans le cadre de celui-ci les contraintes et l’environnement que l’on est en mesure d’accepter. Ce travail est tout particulièrement nécessaire lorsqu’on envisage la construction et qu’on s’oriente sur le choix d’un terrain. Le terrain plat est très souvent considéré comme idéal, cependant un terrain en pente peut parfaitement convenir et permettre d’envisager un projet qui puisse apporter de grandes satisfactions, sans pour autant nécessiter d’énormes travaux de terrassement. L’avantage du terrain en pente est bien souvent son prix d’acquisition attractif. Cette même remarque s’applique également aux terrains qui disposent de caractéristiques particulières (ruisseau en travers du terrain, abondance d’arbres, zone humide,…). Faire appel à un architecte permet alors d’entrevoir des solutions adaptées à la morphologie du terrain et personnaliser ainsi son projet. Il est toutefois vivement conseillé avant acquisition de consulter ce professionnel afin d’obtenir une analyse préalable du bien, par exemple au moyen d’une visite consultative.

Les espaces nécessaires ?

Dans ce domaine, il est très important de bien analyser son mode de vie, ses besoins, ses rythmes  de vie, ses occupations, ses usages afin de pouvoir définir avec précision l’organisation des espaces intérieurs qui vont soit définir le plan de construction, soit orienter la nature de la rénovation.

La profession, le rythme de travail, les loisirs, le nombre d’occupants, le type de relation entre les occupants, l’imbrication des espaces pour chacun, le mode d’usage global, les mobilités de chacun vont interagir dans l’organisation et l’optimisation des surfaces à étudier.

Lorsqu’on travaille de manière approfondie sur le listing des surfaces souhaitées, on peut parfois s’apercevoir qu’un travail d’optimisation peut permette d’obtenir des usages différents et surtout de créer une polyvalence de certaines zones selon les cycles de la journée ou des saisons et ainsi entrevoir une forme d’économie du mode constructif à envisager.

2- Le budget engagé: vérifier ses possibilités

Dans le cadre d’un projet immobilier et selon l’orientation de ce dernier, l’approche budgétaire est variable et va dépendre en grande partie de son orientation principale. Dans le mode constructif on va devoir séparer l’acquisition du terrain de la partie construction, ce qui n’apparaît pas dans le cadre d’une rénovation puisque le terrain fait partie intégrante de cette appropriation.

Construire sa maison implique de faire un choix, celui du mode constructif qui soit le plus adapté à ses aspirations tout en conservant la technicité appropriée face à la réglementation thermique en vigueur. A ce jour, les modes constructifs sont nombreux et chaque grande famille de procédés constructifs présente des possibilités différentes. La maison traditionnelle dispose actuellement de nombreux procédés (parpaing, brique, béton cellulaire…), l’ossature bois connaît également une multitude de procédés (poteaux-poutres, KLH, briques bois…) ainsi que l’ossature métallique. L’architecte sera face à cet éventail de possibilités un excellent conseiller qui saura mettre en évidence la technicité à utiliser face à la localisation, à vos attentes et saura adapter le meilleur compromis dans le cadre de votre projet.

Bien évidemment, le premier organisme à contacter est votre interlocuteur bancaire afin de pouvoir déterminer avec lui vos capacités budgétaires. Suite à cela, il sera nécessaire de déterminer si vous souhaitez vous orienter sur une solution « accompagnée » ou sur une solution d’auto-construction. Préalablement et selon la surface du projet envisagé, il sera nécessaire de savoir, dans le cadre des autorisations administratives, si le projet doit faire appel à la présence d’un architecte. En effet, si le projet excède 150 m², le permis de construire devra être fait par un architecte.

Selon l’orientation retenue, pour une surface inférieure à 150 m², vous pourrez garder une totale indépendance, produire vous-mêmes le permis de construire et gérer de manière autonome vos travaux. Pour une surface supérieure à ce seuil de 150 m², vous serez tenus de déposer en mairie un permis de construire fait par un architecte inscrit au Conseil National de l’Ordre des Architectes. Vous pouvez bien sûr missionner l’architecte pour une mission de permis de construire, mais également pour une mission complète qui va intégrer la gestion complète de vos travaux.

Dans tous les cas, un architecte peut, dans le cadre d’une mission de base telle qu’une visite consultative, déterminer avec vous une estimation de votre projet. Cette mission vous permettra ainsi de disposer d’un document qui sera en quelque sorte l’ADN de votre projet et vous permettra de négocier un emprunt auprès d’un organisme financier qui pourra s’appuyer sur l’estimation projet établie par l’architecte.

3- Le choix du professionnel qui va vous accompagner

Que votre choix se porte sur une construction neuve ou sur la rénovation d’un bâtiment existant, il est vivement conseillé de se faire accompagner par un professionnel. L’architecte est le professionnel qui va dans tous les cas savoir vous guider et vous conseiller pour trouver la meilleure solution face à vos attentes. Du conseil jusqu’à la gestion et la direction des travaux, il est là pour vous accompagner et être à votre écoute.

Le choix de ce professionnel est variable selon différents critères qui vont être très personnels, selon les attentes que vous avez vis-à-vis de lui, des objectifs que vous souhaitez atteindre, de sa disponibilité et également du point de vue partagé sur le sens du projet.

L’architecte a un devoir de conseil en apportant ses connaissances techniques, sa créativité et son expérience. La mission complète d’un architecte se décompose en plusieurs phases regroupées en deux temps : le temps lié à la conception qui comporte le dépôt du permis de construire, le temps lié à la maîtrise d’oeuvre et donc au suivi des travaux jusqu’à la réception.

Un architecte peut bien évidemment n’avoir qu’une mission partielle qui sera à déterminer avec lui en fonction de vos besoins et de vos attentes. Le temps d’étude comporte un avancement programmé à la fois des plans et de l’impact budgétaire pour permettre de finaliser par le dépôt du permis et le démarrage des appels d’offres en vue des travaux.

4- La transparence et ses implications naturelles

Dès lors qu’on entreprend un projet, ce dernier va nécessiter de prendre des contacts et d’exposer ses attentes, ses aspirations, ses contraintes et tous les éléments qui touchent de près ou de loin la nature du projet. Dès lors qu’on procède au choix de se faire accompagner, il est très important de bien gérer la présentation de son dossier. J’entends par là la nécessité de révéler un certains nombre d’éléments qui puissent permettre un travail qui soit à la hauteur de vos attentes.

J’évoque là une partie importante de la relation que vous allez établir avec l’architecte que vous avez en face de vous. N’oubliez pas que si vous confiez une mission complète à un architecte, vous allez devoir entamer un travail d’équipe avec lui qui va durer aisément une année. Si d’emblée vous ne maîtrisez pas le cahier des charges de votre projet, vous allez de ce fait créer un déséquilibre et vous allez percevoir le travail de l’architecte comme un travail inachevé ne répondant pas à vos attentes conscientes ou inconscientes. Vous aurez le sentiment de n’avoir pas été compris, ce qui va de manière indéniable créer une sensation d’inachevé.

Il est très important de communiquer avec transparence et sincérité sur la nature du projet envisagé et cela quelque soit le degré d’attachement personnel à votre projet. Un projet réussi est un projet qui a du sens et qui en a d’autant plus à vos yeux puisque c’est celui que vous allez vivre au quotidien.

Il est indéniable que la transparence et la sincérité exprimées dès les premiers contacts concernant votre projet vont contribuer à une dimension de confiance qui sera présente à chaque étape ou phase du projet et permettre ainsi de valoriser le travail finalisé.

Rénover ou construire ?

 

Capture d'écran 2018-02-04 16.48.23
construire – un exemple de maison individuelle – PopUp House

Je pourrais également dire acheter ou bâtir ? Dans le cadre d’un projet immobilier, la question est très souvent… un dilemme qui peut renvoyer à de nombreux questionnements et faire le sujet d’un long débat entre les personnes concernées. Il nous arrive à tous un jour d’avoir le projet de faire sa première acquisition immobilière. C’est le début d’un parcours à la fois exaltant, truffé de choix, de questionnements, de remise en question et qui comporte une certaine complexité pour mettre chaque étape dans le bon ordre.

Les intervenants auxquels il sera nécessaire de faire appel sont tous bien connus mais très souvent on ignore dans quel ordre il est nécessaire de les solliciter et quels sont les limites de chacun ainsi que les délais nécessaires pour chacun d’eux. A l’ensemble de ces questions, s’ajoute une dimension règlementaire non négligeable qui est celle des assurances, avant, pendant et après… Qu’en est-il de la fameuse dommage ouvrage, qui prend actuellement une part importante dans le cadre d’un projet et qui jusqu’à ce jour était obligatoire , mais dont personne ne relayait l’importance à l’exception des architectes qui devaient impérativement communiquer sur ce sujet dans les premières heures d’une négociation de mission.

Les nécessités techniques et les orientations réglementaires thermiques sont à ce jour des paramètres dont il faut nécessairement bien prendre en compte les caractéristiques pour réussir à concilier avec cohérence ses souhaits, ses besoins et ses possibilités.

Maison à rénover
rénover – un exemple d’un ancien corps de ferme à rénover

Si entre le projet de construire et le projet d’acquérir une ancienne bâtisse à rénover, de nombreux éléments restent similaires, ceux-ci ne se font pas forcement dans le même ordre, et les intervenants concernés ne sont pas toujours les mêmes.

Le choix initial

A mon sens ce choix relève essentiellement de trois facteurs : la zone géographique souhaitée pour mener à bien son projet, son intérêt pour l’ancien ou le neuf et les commodités offertes par la zone sélectionnées.

Je n’évoquerais pas ici, ce que j’appellerais une situation intermédiaire qui consiste à acquérir un bien relativement récent et qui va permettre de l’occuper dans un délai quasi immédiat.

Les inconditionnels de l’ancien, de la vieille pierre, s’orienteront de manière naturelle vers l’acquisition d’une bâtisse ancienne qui nécessitera, selon sont état, une rénovation indispensable pour correspondre aux modes de vie actuelle et pour parfaire à certaines nécessités techniques. Ces bâtiments anciens peuvent être très différents; grange, ancien corps de ferme, bergerie, bâtiment industriel, ancienne station service, vieux cinéma, etc… Il y a dans ce type de projet de rénovation de nombreuses orientations possibles, qui prennent en compte des objectifs finaux très variés. L’ancien peut être étudié avec une approche contemporaine, comme il est possible de traduire une orientation plus classique, voir même une approche décadente au travers d’un style minimisé qui supprime tout artifice de finition, (ce sujet sera traité dans un post ultérieur) et permettre ainsi de limiter très sensiblement le budget de l’opération.

Bien évidemment l’intitulé de ce post, est d’évoquer plus le choix entre un bâtiment très ancien à rénover et une construction neuve de manière à parler d’un sujet qui d’emblée va nécessité un certain temps de travaux. La rénovation selon la nature du bâtiment acquis pourra dans une certaine limite, disposé des avantages d’une TVA réduite à 10 %, mais bien évidemment que sous certaines conditions (point qu’on évoquera plus loin dans ce post).

Le choix de la construction neuve va permettre de définir des choix plus actuels en termes d’orientation technique, de possibilités d’aménagement, de possibilités constructives et permettre ainsi de s’approprier son projet avec une dimension différente, de créer une liaison plus personnalisée avec son mode de vie et ses attentes. Ce choix va permettre également de se libérer d’une dimension de maintenance qui ne va s’amorcer que vers une quinzaine d’années.

Les techniques actuelles sont nombreuses et chaque jour apporte son lot de nouveautés en matière constructive. La tendance actuelle s’oriente bien évidemment vers l’ossature bois qui toutefois regroupe différentes techniques (le poteau poutre, le madrier, le lamellé collé,…), la brique, le béton cellulaire font partie des procédés classiques et s’opposent également à l’ossature métallique ou encore plus récemment au système de maison en kit et bio-climatique.

Le budget

En terme de budget, à surface égale, la construction neuve sera plus pertinente et va permettre de s’orienter vers une une vie quotidienne plus paisible. Le coût global sera maitrisé dès l’amorce du projet avec une approche maintenance qui pourra également être induite sur une durée de vingt ans à minima. Le débat est plus hasardeux sur la rénovation, car les paramètres d’incertitudes sont nombreux et étroitement liés à l’étendue des travaux envisagés. La maintenance fait également partie intégrante de cette option hormis si le bâtiment considéré est totalement mis à nu, ce qui permet alors de considérer les travaux comme une réfection complète. Cependant la structure des fondations ainsi que les murs extérieurs devront faire l’objet d’une analyse professionnelle.

Quelque soit les travaux, la TVA sur l’ensemble comporte une part non négligeable du budget d’autant que dans une option ou l’autre, celle-ci ne sera pas récupérable hormis dans un cadre professionnel bien définit. La construction sera d’emblée sur une TVA à 20 %, la rénovation sera quant à elle établit sur une TVA réduite à 10 % si toutefois le bâtiment était, durant les deux dernière années, considéré comme habitable. Si celui-ci nécessite un changement d’affectation car il était en mode agricole ou professionnel, dans ce cas la TVA est identique au neuf avec un taux de 20%.

En conclusion

La rénovation permet d’envisager un projet qui dispose d’un attrait lié à l’ancien, au charme des vieilles pierres, au caractère séduisant de l’imparfait. Cette option nécessite toutefois d’être extrêmement prudent sur l’état du bien lors de l’acquisition, afin de pouvoir déterminer avec une vision professionnelle l’étendue des éléments à prendre en compte et d’assurer une faisabilité du projet en réponse à ses attentes. Certains architectes proposent ce type de prestations avant l’acquisition d’un bien de ce type afin de pouvoir générer une approche estimée du coût des travaux. Au sein de notre agence, nous avons coutume de proposer ce que nous avons nommé une « visite consultative » et qui en quelques pages décrit la nature du bien immobilier avec les possibilités de travaux et une estimation globale de la rénovation lot par lot.

L’option de la construction neuve, comporte une approche plus précise, avec la possibilité de définir l’intégralité du projet (le système constructif, les matériaux, les emboitements, les divers chois techniques,…). Cependant, cette option relève de l’option d’un permis de construire qui va prendre appui sur une règlementation locale qui peut être plus ou moins contraignante selon la zone géographique. De ce fait dans l’aspect choix, il est important de mesurer, de vérifier, d’analyser, la situation local du projet pour permettre en tout état de cause, de se donner les arguments d’un choix qui se doit d’avoir du sens selon le lieu envisagé.

Le conseil d’un architecte, avant l’acquisition, peut vous permettre ainsi de bien mesurer les points positifs et négatifs d’une solution face à une autre.